Guy Ouellet, médecin

illustre pionnier

Le 3 novembre 1979, c’était la consternation dans Forestville. Un personnage que la population aimait comme un père, un médecin qui depuis vingt-cinq ans se penchait avec sollicitude sur leurs moindres souffrances, un ami venait de les quitter pour une vie meilleure.

Marié à Jacqueline Tremblay, père de cinq enfants : Line, Mona, Jacques, Josée & Guy. Monsieur Ouellet fut vraiment le bon Samaritain, celui qui compatissait à la douleur d’autrui et qui était disponible en tout temps. Au début de sa carrière médicale, les disciples d’Esculape se faisaient plutôt rares sur la Côte-Nord. S’il a choisi cette terre éloignée des grands centres, sachant qu’il serait privé de l’assistance et du réconfort de confrères dans la pratique de son art, c’est qu’il avait fixé très haut son idéal de médecin.

À la suite de démarches longuement préparées et vigoureusement menées auprès des autorités gouvernementales, il sut doter Forestville d’une excellente organisation, non seulement dans le domaine médical, mais encore dans les différents secteurs de la société. Car sa participation à la vie communautaire se fit sentir au conseil municipal durant vingt ans, dont douze comme premier magistrat. Il fut vice-président fondateur et par la suite, président de la Chambre de Commerce de Forestville, directeur fondateur du Club Richelieu et fut coroner pendant plusieurs années et décorer de l’Ordre du Canada.

Il s’intéressait à tous les mouvements, prenait une part active à toutes les discussions, se faisant remarquer par son entregent, son jugement éclairé, sa vive intelligence, sa patience de tous les instants et son tact pour rétablir l’ordre quand une assemblée devenait trop tumultueuse. Il savait écouter et provoquer l’opinion d’un interlocuteur par d’habiles questions.

Pour souligner son implication dans la communauté à titre de médecin et d’illustre pionnier, la Ville a changé le nom du Centre Villuc, le 28 septembre 2001, pour « Complexe Guy-Ouellet».